Covid-19 : quelle communication des collectivités territoriales?
3 mai 2014

Alice et le Maire : une analyse critique du film

l’homme politique […] est « un intellectuel qui ne pense pas ». « Intellectuel » parce qu’il mobilise et manipule des idées. « Qui ne pense pas » parce que leur mobilisation n’est pas celle qui gouverne le travail du penseur et parce qu’il est pris dans les contraintes de l’action qui impose agilité, pragmatisme et reniements. Le film donne corps à une belle réflexion sur ces apories ».

Derrière le masque des fonctions, des femmes et des hommes

En substance, Alice et le maire dépeint la relation qui se noue entre l’homme politique et la jeune professionnelle. Le sincère Paul Théraneau est interprété par un Fabrice Luchini souvent touchant. S’il avoue ne plus savoir “prendre du recul” pour agir politiquement, si sa lassitude est tangible, il finit par analyser sa vie d’homme. Quant à Alice Heimann, interprétée par l’excellente Anaïs Demoustier, elle représente le nécessaire renouvellement que la jeune génération doit apporter à la politique. Son constat, lucide sur les impasses actuelles, est une invitation à ne pas négliger le rôle de la réflexion, trop souvent délaissée au profit de l’action et de la quête de résultats immédiats. En ce sens, Alice et la maire est un film à voir et à revoir, au moment où notre société, locale, globale doit continuer à évoluer,.